la méditation correcte

La méditation correcte commence quand on arrête de penser sans s’endormir. En occident, ça paraît impossible et la philosophie affirme souvent qu’il n’y a rien au-delà de la pensée mais c’est faux et des millions de personnes sur la planète apprennent à méditer correctement, avec ou sans mantra, en s’arrêtant de penser. Comment ça marche ?

Prenons l’exemple de la méditation avec mantra, c’est un son, donc une pensée qu’on reconnaît comme étant plus subtile que la pensée ordinaire, comme le bruit d’un voiture ou le chant d’un oiseau. Quand on propose ce son à l’esprit conscient, appelé aussi et c’est plus juste : le mental, celui-ci se tourne vers lui et entraîné par sa propre démarche pour le rejoindre, le dépasse et se retrouve dans un champ sans pensée qu’on appelle la conscience. Au début on ne s’aperçoit de rien, car le mental est vite ramené à la réalité par le stress accumulé sur le système nerveux et se remet à penser, et là, quand on s’aperçoit qu’on recommence à penser, on repense le mantra, et on répète l’expérience. Si on la répète suffisamment, ça peut demander un jour ou dix ans, on finira par s’apercevoir qu’il y a une différence entre le plan du mental où on pense et le plan de la conscience où on ne pense pas. La méditation peut commencer.

Sans le mantra, on arrive au même résultat, un soir d’été en contemplant le ciel étoilé, en récurant un plancher, ou si on n’est pas encore trop stressé, en faisant taire le mental tout simplement. Dans certaines écoles, on apprend aux enfants à se taire au début d’une classe et quelquefois aussi à la fin, pour leur apprendre à profiter des bienfaits du silence, pour la concentration ou la réflexion. Quel que soit le moyen utilisé, et même si on considère qu’il y a autant de moyens que de personnes, c’est quand le mental est tout à fait calmé qu’on peut faire l’expérience de la conscience qui est la source de la pensée et c’est la raison pour laquelle elle n’en contient pas, parce qu’elle est la source. Elle est énergie sans forme, énergie lumière sans limites qui produit toutes les formes qui, elles, sont limitées.

En expérimentant la conscience, on expérimente ce qu’on appelle maintenant le champ unifié de la conscience, ce que des physiciens  appellent de leur côté le champ quantique, c’est la même chose, et on plonge dans la Vie une, la Source, qui est en dehors de tout temps, en dehors de tout espace, en dehors du mental qui est le réceptacle de toutes les formes, de l’espace et du temps. C’est une expérience inoubliable et qui ne risque pas d’être confondue avec l’expérience du plan mental où on laisse les pensées et les rêves se succéder quand on n’a aucune maîtrise sur eux.

Affirmer qu’il n’y a rien au-delà de la pensée, c’est reconnaître qu’on n’a jamais vécu cette expérience. Ce n’est pas plus que ça!

Que la lumière soit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *